Rosa, l'âme andalouse du Tarbes Odos Jazz

Le local est bien exigu pour accueillir la quinzaine de musiciens réunis dans les locaux de la MJC. Mais les effluves de Duke Ellington et les airs de bossa nova ont vite fait d'installer la bonne humeur au sein du Tarbes/Odos Jazz, en répétitions quelques jours avant le prochain concert donné à Odos, cette fin de semaine. C'est que le combo odosséen, malgré les coups de tabac de son chef, Hoffman Harry, exigeant et précis sur la qualité de chaque morceau répété, vit une petite cure de jouvence. La raison ? L'arrivée cet été d'une nouvelle chanteuse, brune incandescente venue chercher l'amour dans les Hautes-Pyrénées, du côté de Lourdes… et restée pour travailler. Et pour chanter. Rosa chante et danse comme toute Sévillane qui se respecte. Le flamenco bien entendu, nourrie par la passion paternelle depuis toute petite. « Chanter est surtout un rêve, explique Rosa, d'ailleurs cela se voit dans mon nom de scène, RoUsS Dream.» Il est vrai que même dans la salle de répétition de la MJC, la voix granuleuse de l'Andalouse aimante, Rosa jouant de complicité avec les musiciens comme avec son comparse de scène, Gérard Salducci, crooner confirmé. Son entrée dans le Tarbes/Odos Jazz devrait donc entraîner tout naturellement quelques réorientations dans le répertoire du big band odosséen. «C'est vrai que l'on fait désormais quelques standards que l'on ne faisait pas, explique Hoffman Harry . Rosa a apporté beaucoup à notre formation.» Débarquée en juillet, la jeune femme maîtrise bien sûr l'anglais, la langue du jazz. Mais sa touche personnelle, c'est sans doute dans ces tonalités espagnoles et portugaises glissées dans le répertoire du TOJ qu'il faudra les chercher. Le français, lui, vient peu à peu. Le naturel affable de la jeune femme devrait la mener très rapidement vers un jazz encore plus universel. Pour le plus grand bonheur du Tarbes/Odos Jazz.

D.G. - La Nouvelle République des Pyrénées -